Mercredi 20 avril à 16h au Verney

Bonjour à tous!

Nous appelons les personnes disponibles et désirant participer à la Nuit Debout de Chambéry ce mercredi 20 avril à venir dès 16h au parc du Verney,

cela pour deux raisons:

La commission action a prévu une récup’ afin de trouver suffisamment de matériel pour consolider notre Nuit Debout (planches, cartons, bâches, …)

La commission communication/organisation est également appelée à se réunir afin de pouvoir programmer et structurer l’assemblée générale de 18h et la soirée à suivre.

En effet nous avons voté samedi pour « une assemblée générale en continu avec témoignages et prises de parole libres pendant que les commissions se réunissent chacune à leur tour. L’assemblée générale se réunit ensuite pour résumer et voter l’action des commissions. »

Cependant la mise en pratique effective de cette forme d’organisation n’a pas été discuté et vraiment réfléchi (quel horaire pour les commissions? se diviser alors que nous sommes peu nombreux et que l’AG est un moment important est-il une bonne idée? Etc). L’idée n’est pas de passer outre la proposition votée en AG qui est souveraine, mais de réfléchir tranquillement à l’application de celle-ci.

Il paraît également nécessaire de préparer un ordre du jour et de repenser collectivement la forme et les principes de l’assemblée générale, afin de rendre ce moment collectif et central de nos rassemblements plus agréable et plus fonctionnel pour tous.

C’est pourquoi nous appelons tous ceux qui le peuvent et souhaitent participer, à se rejoindre dès 16h ce mercredi au Verney!

Solidairement !

Commission communication pour NuitDeboutChambéry

Un commentaire sur « Mercredi 20 avril à 16h au Verney »

  1. Je vous propose mes commentaires sur l’interview d’Emmanuel TODD dans le dernier Fakir.

    Je partage le constat E Todd !
    J’ai honte de ma génération (j’ai 59 ans) ! J’ai honte de ce que nous allons laissé aux nouvelles générations, un environnement dégradé, une société qui les marginalise, une économie tyrannique totalitaire, dont l’activité se réduit à servir les intérêts de quelques oligopoles financiers dont la seule préoccupation et d’amasser et d’accumuler toujours plus d’argent en s’appropriant les ressources naturelles. Ressources qu’ils pillent, ravagent au mépris du droits des populations locales et des peuples actuels et futurs, à en disposer dans l’intérêt collectif du bienêtre humain.
    Ce constat, je le fais depuis des années les larmes aux dents, mais l’arme au pieds ! Jamais je n’ai pu le partager au sein de quelconques collectifs structurés (et je n’ai pas manqué d’essayer), qu’ils soient syndicaux, politiques et même associatifs.
    J’ai été abandonné de fait par mon syndicat – CFDT – qui a renié, fin des années 80, tous ses idéaux les plus nobles, l’autogestion, l’égalité au travail homme-femme, la semaine de 4 jour et de 35 heures, la 5ème semaine de congés payés (revendication d’avant 1981), l’échelle de salaires de 1 à 7 maximum dans les entreprises… Ce syndicat, comme d’autres, est allé de renoncement en renoncement. Se couchant devant le chantage à l’emploi du patronat. Combien de fois, le militant que j’étais encore, a t-il attendu, espéré un appel à la grève générale ? Pour ne finalement voir arriver que des palinodies timorées, des replis timides pour des espérances naïves après de vagues promesses, jamais tenues évidemment. Je me suis dé-syndiqué, tristement…
    Aujourd’hui, j’ai acquis par l’expérience, l’absolue conviction, qu’il n’y a plus de voie ouverte pour l’humanité dans système capitaliste et néo-libéral. Ses principes fondateurs reposent sur l’accumulation des richesses par quelques uns et non sur leur juste répartition dans l’intérêt de tous.
    Ces principes sont aux antipodes de ce que nous apprend la crise environnementale que nous commençons de subir, avec les conséquences que l’on sait pour les peuples les pauvres (exemple les crises du blé à répétition des années 2007 à aujourd’hui, qui ont eu les conséquences que l’on sait dans les pays d’Afrique du Nord et du Moyen Orient. Nous sommes condamnés à une juste répartitions des ressources au niveau mondial et si nous la refusons, nous y serons néanmoins contraints car nous verrons arriver toujours plus nombreux aux portes de nos pays riches, les peuples dénutris des pays pauvres.
    Il me semble qu’au sein du mouvement Nuit Debout, encore balbutiant Chambéry, cette analyse est assez largement partagée. C’est pour moi un motif d’espérance…
    E Todd craint que cette jeunesse, quasi ontologiquement individualiste*, soit rétive à toute organisation. Personnellement je crois que cette jeunesse est contrainte d’inventer des voies d’avenir en ce qui concerne la structuration même de son mouvement et c’est un exercice compliqué. Mais aucune organisation n’est prête à l’accueillir avec ses revendications. La droite française est libéro-libérale, pas de place pour cette mouvance nouvelle, le PS s’est ridiculisé depuis 2002, Europe Écologie les Verts, voilà un parti écologiste qui croit encore que le modèle est allemand, donc libéral ! ils en sont de plus en plus ridicules, ils n’ont rien inventés de signifiant depuis le visionnaire et rafraîchissant René DUMONT de 1974.
    Le Parti de Gauche et ses satellites voire le NPA, ferraillent encore pour savoir si le communisme est mort, si le marxisme est une voie. Bref, ils donnent le sentiment de l’enlisement.
    Cette jeunesse est donc face à elle même, elle doit ouvrir une nouvelle voie de gauche, altermondialiste, environnementaliste, « convivialiste », ontologiquement anti-libérale car partageuse.
    A titre personnel, il me semble que ce mouvement se rattache à une école de pensée le « convivialisme » avec un penseur de renom injustement oublié, je veux nommer Ivan ILLICH et qu’il a ses intellectuels contemporains Alain CAILLE, Edgar Morin…
    Marius
    Recommençant d’espérer pour cette jeunesse déshéritée par ses parents, à un devenir vivable.

    * : Monsieur Todd, nous sommes les parents de cette jeunesse, elle est individualiste simplement car nous l’avons éduquée dans cet individualisme, résultant de la superficialité de nos vies de consommateurs déshumanisés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s